En Sierra Léone, le sort des chimpanzés inquiète. Victimes du braconnage et des représailles des agriculteurs, ces primates sont de plus en plus menacés de disparition.

Conscient de cette situation, le gouvernement a déclaré jeudi, le chimpanzé “animal national”. Une victoire pour la primatologue de renommée internationale, Dr Jane Goodall qui a consacré sa vie à la protection de cette espèce. Une mesure pour protéger l’espèce.

“Pour autant que je sache, la Sierra Leone est le premier pays à déclarer le chimpanzé son animal national. Et je pense que c’est très excitant, car, vous savez, les chimpanzés sont nos plus proches parents vivants, nous avons cet incroyable sanctuaire, qui est à coup sûr l’un des meilleurs en Afrique Ainsi, quand les gens savent qu’il s’agit de l’animal national, cela accorde une importance supplémentaire à ces primates et peut contribuer à aider les autorités à réprimer sur le braconnage illégal, la chasse aux chimpanzés” a affirmé le Dr Jane Goodall.

La Sierra Leone a l’une des plus fortes concentrations de chimpanzés au monde. Aujourd’hui, le sanctuaire Tacugama est devenu la première voix de la Sierra Leone pour la protection de la faune et l‘éducation environnementale. Elle est aussi une destination écotouristique de premier plan grâce, en partie, à Jane Goodal dont le dévouement est salué par le président Maada Bio.

Le Sierra Leone abrite environ 5.500 chimpanzés verus qui ont survécu à la guerre, à la peste et à la dégradation généralisée de l’environnement grâce au “sanctuaire” pour chimpanzés de Tacugama, crée par Bala Amarasekaran aux portes de Freetown, la capitale. Le sanctuaire a recueilli au cours des trois derniers mois un nombre record d’orphelins.

Selon le magazine américain de Primatology, la Sierra Leone abrite environ 10 pour cent des quelque 55 000 personnes qui vivent encore à l‘état sauvage.

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here