La Suisse, les Etats-Unis et plusieurs pays occidentaux ont demandé à la République démocratique du Congo de respecter les droits des mineurs artisanaux, après le récent drame et les incidents dans le Katanga riche en cobalt et cuivre.

Des dizaines de personnes sont mortes près de Kolwezi (sud-est) il y a une semaine dans l’effondrement d’une galerie sur le site minier de KCC, une filiale du géant suisse du négoce de matières premières Glencore.

Jeudi, l’armée congolaise s’est déployée autour du site de KCC en raison de la “présence croissante de mineurs artisanaux illégaux à travers les concessions minières dans la région de Kolwezi”, a indiqué Glencore.

Le gouvernement de la RDC doit “respecter les droits de l’homme dans toutes les opérations militaires ou de police menées dans la région”, préviennent les pays signataires d’un communiqué conjoint (Suisse, Canada, Etats-Unis, Pays-Bas, Grande-Bretagne et Norvège).

Il faut “que les creuseurs artisanaux puissent gagner leur vie dans le cadre de la loi et dans des conditions sûres”, ajoute le communiqué qui présente ses condoléances aux familles des victimes.

“De telles tragédies mettent en lumière le défi du gouvernement de la République démocratique du Congo dans la mise en oeuvre d’une législation équilibrée sur l’artisanat minier”, insistent-ils.

Les pays signataires reconnaissent “la nécessité de respecter les contrats des concessions” dont disposent des multinationales comme Glencore, “de façon à encourager l’investissement”.

La RDC est le premier producteur mondial de cobalt. Les “creuseurs” sont minoritaires mais pas marginaux dans sa production (14 à 16 % des 80.800 tonnes produites en 2017, d’après le courtier londonien Darton Commodities).

avec Afp

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here