Il est formellement interdit à tout gendarme camerounais de s’afficher sur les réseaux sociaux, annoncent les autorités. La mesure prend effet à compter du 1er novembre prochain.

Le secrétariat d‘État à la Défense, chargé de la gendarmerie nationale du Cameroun tape du poing sur la table. À partir du 1er novembre prochain, aucun gendarme ne s’affichera sur les réseaux sociaux comme Twitter, Facebook, ou WhatsApp.

L’ordre émane d’un communiqué signé de Galax Etoga, patron de l’institution. « Tout groupe WhatsApp regroupant des gendarmes, créé sans autorisation de M. le Sed-Cgn doit être instamment dissous sous peine de mesures répressives contre tous ses membres », peut-on lire dans un communiqué diffusé par le site actucameroun.com.

À en croire l’organe en ligne, la mesure procède de quelques manquements d’ordre éthique et déontologique dont auraient fait montre des gendarmes dans l’usage des médias sociaux. « La sortie de Galax Etoga de ce 15 octobre n’est pas fortuite. C’est la suite logique d’un rappel à l’ordre de plusieurs gendarmes qui dévoilent leur identité de militaires sur les réseaux sociaux », rapporte actucameroun.com.

De l’avis d’experts militaires, sauf exception, la discrétion et le droit de réserve font partie des principes fondamentaux de la déontologie et de l‘éthique des forces de l’ordre. C’est d’ailleurs la raison pour laquelle depuis la Troisième République (1870-1940), l’armée française par exemple est surnommée « Grande Muette ».

Avec africanews

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here