L’autorité nationale de contrôle de médicaments en Ouganda ordonne à Marie Stopes, une organisation caritative de premier plan de retirer plus d’un million de préservatifs qu’elle avait distribué en Ouganda après que des inquiétudes sur leur utilisation aient été émises.
Des tests ont révélé que certains préservatifs de la marque Life Guard fabriqués en Inde et distribués par l’ONG contenaient des trous ou étaient susceptibles de craquer, a indiqué la National Drug Authority (NDA) (l’autorité nationale de contrôle de médicaments) ougandaise.
Selon l’ONU, près de 6% des adultes ougandais vivent avec le VIH. D’autres recherches suggèrent que seulement 11% des habitants du pays ont des grossesses planifiées.
Marie Stopes, une ONG Internationale qui promeut la santé sexuelle et reproductive, représentée dans plus de 35 pays fournit chaque mois entre 1,5 et 2 millions de préservatifs en Ouganda. « Nous pouvons confirmer que c’est la première fois qu’un des pays dans lequel nous sommes implantés a eu besoin d’émettre ce type de retrait », a déclaré l’organisation dans un communiqué à la BBC.
Le retrait des préservatifs défectueux a eu lieu après que la NDA ait écrit à l’organisation caritative le 30 octobre, affirmant que deux lots de préservatifs Life Guard n’avaient pas été soumis aux « tests de qualité ».
L’organisation Marie Stopes a déclaré qu’elle travaillait avec la NDA pour « enquêter de toute urgence sur ce qui est arrivé à ces lots et veiller à ce que nos produits continuent à répondre au standard de qualité élevé ».
« Nous pouvons confirmer que les deux lots rappelés contenaient environ 335 000 paquets de préservatifs, soit un peu plus d’un million de préservatifs individuels. Nous avons récupéré plus de la moitié de ceux-ci ». a-t-elle affirmé.

Avec negronews

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here