Au Ghana, il n’est pas rare de tomber sur des femmes recourant à des méthodes douteuses comme la prise de pilules dans l’espoir de rendre la peau de leur bébé claire depuis le ventre. Une pratique de plus en plus répandue et que l’Agence ghanéenne des produits alimentaires et médicamenteux qualifie de dangereuse aussi bien pour la mère que pour son enfant.

Le gouvernement prévient que l’utilisation de ces comprimés est dangereuse et qu’il n’y a aucune preuve qui indique qu’un comprimé quelconque existant pourrait éclaircir la peau d’un enfant dès la grossesse. Pour mettre fin la consommation de ce produit , la FDA qui est une autorité en charge des produits alimentaires et pharmaceutiques interdit la vente des produits éclaircissant au Ghana depuis le mois d’août 2017.

Ils ont également décidé de traquer et de poursuivre en justice les entreprises et les individus en possession des comprimés illicites. Ces pilules sont généralement introduites de manière clandestine et en grande quantité dans le pays. Selon des experts médicaux, les enfants ayant subi cette métamorphose depuis le ventre pourraient être exposés à des malformations congénitales ainsi qu’à des dommages aux membres et aussi aux organes internes.

Afin de détourner l’interdiction de cette pilule sur le sol ghanéen, d’autres techniques ont été trouvées, notamment celui de masser son ventre de femme enceinte avec des produits de dépigmentation fabriqués à la main par elles-mêmes.

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here