La Fondation pour la mémoire de l’esclavage (FME), présidée par l’ancien Premier ministre français Jean-Marc Ayrault, sera dirigée par Dominique Taffin, archiviste-paléographe originaire de la Guadeloupe. Annoncée par Emmanuel Macron le 10 mai 2019 et reconnue comme établissement d’utilité publique le 12 novembre dernier, cette nouvelle institution a installé son premier conseil d’administration le 13 novembre, à Paris.

Cette nouvelle institution est dédiée à la transmission de l’histoire de l’esclavage et à la valorisation de ses héritages multiples culturels, politiques, humains. La Fondation se veut au service de la cohésion nationale et a pour objectif de réintégrer le passé esclavagiste dans l’histoire de France.

Très ambitieuse, cette nouvelle structure se propose de fournir un soutien aux initiatives issues de la société civile et des territoires, une diffusion de contenus variés, un appui aux établissements scolaires, culturels et patrimoniaux ainsi qu’une aide aux médias et aux créateurs souhaitant travailler sur le sujet. Le projet sera officiellement présenté à l’Assemblée nationale, le 2 décembre, jour même de la Journée internationale pour l’abolition de l’esclavage par les Nations unies.

Parmi ses mécènes de cette fondation, le Groupe Action Logement, Aéroports de Paris, le Groupe (martiniquais) Bernard Hayot, la fondation Total, Trace TV, etc. Deux associations font partie de son conseil d’administration : le Comité marche du 23 mai 1998 et Les Anneaux de la mémoire.

Basée à Bordeaux, premier port colonial ayant largement profité du travail des déportés africains, la FME se donne pour objectif de faire connaître le combat abolitionniste dans la perspective de lutter contre l’esclavage contemporain, qui concernerait tout de même 45 millions de personnes actuellement.

Avec negronews

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here