L’armée congolaise a annoncé lundi avoir abattu 80 éléments des Forces démocratiques alliées (ADF), un groupe armé d’orgine ougandaise.

C’est peut-être la première grande moisson des opérations militaires en cours contre le groupe rebelle des Forces démocratiques alliées (ADF) à l’est de la RDC.

Selon les Forces armées de RD C (FARDC), plus de 80 éléments de cette rebellion venue d’Ouganda ont été neutralisés ou capturés au cours de cette campagne débutée il y a un mois. « Bilan officiel des opérations récentes contre l’ADF lancées le 30 octobre 2019 : 80 combattants ennemis abattus dont 4 de leurs commandants », a écrit sur Twitter, le général Léon Kasonga, porte-parole des FARDC.

L’officier a également indiqué que deux chefs des ADF continuent d‘échapper à la puissance de feu des FARDC. Toutefois, plusieurs localités ont été reprises à l’ennemi. « Les FARDC traquent toujours 2 de leurs chefs présents à Beni. Mayangose, Tsotsota, Mwalika et Kididiwe récupérées », a-t-il ajouté.

À en croire l’armée congolaise, tous les ennemis éliminés sont des étrangers. « Sur les combattants ADF tués ou capturés, de l’argent de pays étrangers (Tanzanie, Ouganda, Burundi) a été retrouvé. Par ailleurs, aucun Congolais ne figure parmi les commandants ADF répertoriés, tous étrangers », a poursuivi le général Kasonga.

Forces Armées RDC 🇨🇩@FARDC_

: Bilan officiel des opérations récentes contre l’ADF lancées le 30 octobre 2019: « 80 combattants ennemis abattus dont 4 de leurs commandants. Les FARDC traquent toujours 2 de leurs chefs présents à Beni. Mayangose, Tsotsota, Mwalika et Kididiwe récupérées ». (Gal Kasonga)

Forces Armées RDC 🇨🇩@FARDC_

Sur les combattants ADF tués ou capturés, de l’argent de pays étrangers (Tanzanie, Ouganda, Burundi) a été retrouvé. Par ailleurs, aucun Congolais ne figure parmi les commandants ADF répertoriés, tous étrangers.

52 personnes parlent à ce sujet

Cette victoire a beau être retentissante, elle est cependant loin de rassurer les populations de la province du Nord-Kivu, en raison des attaques menées sur les civils en guise de représailles contre les opérations des FARDC.

La semaine dernière, près de 27 civils ont été massacrés dans la ville d’Oicha dans des attaques attribuées aux ADF. Ce qui est à l’origine de tensions entre la mission de maintien de la paix de l’ONU (MONUSCO) et les populations qui accusent l’organe onusien et les forces de défense du pays de passivité face aux rebelles.

Les manifestations y afférentes ont déjà fait des morts et des blessés aussi bien du côté des manifestants que des forces de l’ordre.

Avec africanews

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here