La directrice générale du Fonds monétaire international (FMI), Kristalina Georgieva, a demandé lundi aux dirigeants africains de compter sur eux-mêmes d’abord avant de solliciter l’aide étrangère. Elle l’a déclaré en marge du sommet extraordinaire des chefs d’Etat et de gouvernement de l’Union économique et monétaire ouest africaine (UEMOA) qui s’est ouvert mardi au centre de Conférence internationale Abdou Diouf de Diamniadio (30 km de Dakar), en présence de six des huit leaders de cet espace communautaire.

« Il faut compter sur vous-mêmes avant de compter sur les autres », a-t-elle déclaré à Diamniadio, à une trentaine de kilomètres de Dakar, à l’occasion d’une conférence internationale portant sur « Développement durable et dette soutenable : le juste équilibre », à laquelle participent plusieurs chefs d’Etat africains.

Il s’agit des présidents Rock Marc Christian Kaboré (Burina Faso), Mouhamadou Issoufou (Niger), Alassane Ouattara (Côte d’Ivoire), Faure Gnassingbé (Togo), Patrice Talon (Bénin) et de leur homologue sénégalais Macky Sall.

Le Premier ministre malien Boubou Cissé, de même que son homologue de Guinée-Bissau, Aristides Gomes participent à la rencontre.

D’une seule voix et sans langue de bois, les six chefs d’États ouest-africains présents ont dit leurs griefs à l’égard des règles que leur imposent les institutions multilatérales, au premier rang desquelles le FMI, en matière de déficits et de dette publique. Ils ont soutenu qu’il n’y aurait pas de développement si le FMI, la Banque mondiale et l’OCDE ne révisaient pas leurs analyses macro-économiques sur leurs pays.

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here