Le calme est revenu mardi à Beni, dans l’est de la République démocratique du Congo, où l’armée a mis à la disposition des habitants un numéro vert pour dénoncer les membres présumés de groupes armés, affirmant que huit militaires ont été lynchés par erreur. Beni vit dans la psychose des attaques attribuées au groupe armé des ADF, qui ont tué plus de 100 personnes en un mois. Selon un dernier bilan mardi, cinq personnes sont mortes lundi dans des manifestations dénonçant la passivité des Casques bleus et des autorités face au massacre.

« A partir d’aujourd’hui, si vous voyez un visiteur dans vos quartiers ou avenue sans que vous sachiez qui il est, nous vous donnons un numéro vert pour vous venir en aide: +243820800005 », a déclaré lundi le porte-parole de l’armée congolaise, le général Léon-Richard Kasonga.

« Quelques minutes après avoir appelé ce numéro, une équipe d’intervention viendra prendre en charge le suspect », a-t-il assuré.

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here