Le Premier-ministre éthiopien Abiy Ahmed pourrait visiblement porter entorse à la tradition de l’Institut Nobel norvégien. Selon les différentes informations relayées dans la presse internationale, celui à qui a été attribué le 11 octobre dernier cette récompense pour avoir participé à l’instauration de la paix dans son pays, ne se conformera pas aux exigences liées à cette distinction honorifique.

Le programme contraignant?
A en croire ses proches, le programme Nobel établi dans le cadre des cérémonies officielles est contraignant pour la fonction qu’exerce le lauréat dans son pays. « Les questions nationales sont urgentes et méritent de l’attention » a notamment mentionné l’attachée de presse du Premier-ministre éthiopien Billene Seyoum.

En effet, cette nouvelle intervient alors que selon le programme établi par l’Institut Nobel norvégien une série d’activités attend l’officiel éthiopien à compter du mardi 10 décembre prochain.

Il a une série de discours à prononcer devant la presse ainsi que devant la famille royale norvégienne. La première activité est le discours d’acceptation qu’il prononcera le mardi à l’hôtel de ville d’Oslo.

Une absence problématique selon le directeur de l’Institut Nobel
Il recevra par cette occasion le prix en espèces de 9 millions de couronnes soit l’équivalent de 945 000 dollars. Une médaille d’or et un diplôme lui seront également décernés. Les responsables de l’Institut Nobel norvégien n’ont pas caché les dommages que l’absence du lauréat pourrait causer au bon déroulement du programme établi.

Pour Olav Njoelstad, directeur de l’Institut Nobel norvégien, l’absence du Premier-ministre éthiopien Abiy Ahmedpourrait être à la base du plusieurs problèmes. Mais il ne serait pas le premier lauréat à décliner l’offre de la traditionnelle conférence de presse suite à la distinction.

Sur les pas d’Obama?
Avant lui, l’ancien président américain Barack Obama n’avait pas assisté en 2009 à la conférence de presse comme l’avait souhaité l’Institut Nobel norvégien. Notons que l’officiel éthiopien avait été choisi à cause de la gestion pacifique du conflit qui opposait son pays à l’Erythrée.

« Le Comité Nobel norvégien a décidé d’attribuer le Prix Nobel de la paix 2019 au Premier ministre éthiopien Abiy Ahmed Ali pour ses efforts en faveur de la paix et de la coopération internationale, et en particulier pour son initiative décisive visant à résoudre le conflit frontalier avec l’Érythrée voisin » avait déclaré l’organisation norvégienne le vendredi 11 octobre.

Source : https://lanouvelletribune.info

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here