Dans toute l’histoire du football africain, un seul joueur – George Weah – est parvenu à décrocher le Ballon d’or. Aucun autre avant ou après lui n’a pu en effet réaliser cet exploit, malgré les nombreux talents présents sur le continent. Cette année, ce fut au tour du Sénégalais Sadio Mané de passer à côté du prestigieux titre. En effet, bien qu’ayant réalisé de belles performances aussi bien en club qu’en sélection, n’est arrivé qu’à la quatrième place derrière Cristiano Ronaldo, Virgil Van Djik et Léonel Messi.

L’Argentin raflait ainsi son sixième sacre mondial suite aux votes de centaines de journalistes à travers le monde. Si la quatrième place occupée par l’attaquant de Liverpool FC a provoqué la déception et l’indignation de ses supporters, les rangs auxquels se retrouvent les autres joueurs africains n’en sont pas moins décevant. Mohamed Salah est cinquième juste derrière le Sénégalais, l’Algérien Riyad Marhez se retrouve à la dixième place, Pierre-Emerik Aubameyang, attaquant d’Arsenal, est quant à lui à la 20e place du classement, et le coéquipier en sélection de Sadio Mané, Kalidou Koulibaly, est à la 24ème place.

« Il y avait cinq joueurs africains parmi les 30 nominés. C’est une forme de reconnaissance pour la qualité du football africain. Aujourd’hui, il y a dans chacun des plus grands clubs européens au moins un joueur africain titulaire. Mais on peut aussi s’interroger sur le fait qu’aucun Africain n’a remporté le ballon d’or depuis Weah en 1995 », observe Ferdinand Coly, un ancien défenseur de la sélection sénégalaise. Depuis lors, et avant cette année, seuls Didier Drogba et Samuel Eto’o avaient réussi à intégré le top 5 en 2007 et en 2009. Le Camerounais avait pourtant fait une saison exceptionnelle avec le FC Barcelone. Cette année, l’Afrique voyait en Sadio Mané le changement dans un univers du football dominé depuis 2008 par le binôme Messi-Cristiano.

« Que Messi soit ballon d’or, ce n’est pas surprenant tellement ce joueur est hors normes. Mais que Mané, qui a vraiment réalisé de très belles choses, ne soit pas sur le podium, cela ne semble pas normal », s’exclame Paul Kessany, ancien capitaine du Gabon. Il y aussi le facteur qui prend compte le classement des sélections africaines. Or, la première sélection africaine, qui est le Sénégal, se retrouve à la 22e place au niveau mondial. « De 2010 à 2016, les sélectionneurs et les capitaines des sélections nationales africaines affilées à la FIFA faisaient partie du jury du ballon d’or, et je n’ai jamais vraiment ressenti une grande solidarité des Africains » déclare Ferdinand Coly. Ce qui s’est ressenti dans le vote de l’ex-international camerounais, Samuel Eto’o, qui a voté pour le ballon d’or 2019, le Belge Eden Hazard.

negronews

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here