Difficile de ne pas s’émouvoir devant la multiplication des images des destructions par le feu qui nous proviennent d’Australie depuis maintenant plusieurs semaines. Koalas assoiffés, kangourous piégés par les flammes : la faune, très riche dans le pays, est actuellement décimée par les incendies. Selon un chercheur de l’université de Sydney, les pertes pourraient être évaluées à plus d’un milliard d’animaux morts, ou en danger immédiat de mort. Un chiffre qui n’a pas manqué de faire réagir sur la toile. Pourtant, s’il fait froid dans le dos, il est plus que probable.

Un milliard d’animaux morts

S’il est encore un peu tôt pour établir un bilan précis des pertes consécutives aux incendies qui ravagent l’Australie, la méthode du professeur Dickman de l’Université de Sydney se base sur une étude de l’ONG WWF, qui estime le nombre d’espèces présentes par hectare. En multipliant ce chiffre par le nombre d’hectares partis en fumée, il a obtenu une première estimation des pertes animales : près de 500 millions de mammifères, d’oiseaux, et de reptiles ont péri dans ces incendies.

Si ce chiffre fait déjà pâlir les défenseurs de l’environnement, une nouvelle estimation, prenant en compte les nouveaux hectares ravagés par les flammes et l’expansion de l’incendie fait état d’un milliard d’animaux mort.

Un bilan qui peut encore augmenter
Selon le chercheur, « il n’y a rien de comparable à ce qui est en train de se passer en Australie, à une échelle si rapide ». Pire encore, le bilan pourrait s’alourdir puisque les incendies vont particulièrement changer la physionomie de l’écosystème naturel de nombreuses espèces, ce qui va provoquer un manque de nourriture, ou les mettre à la merci de certains prédateurs.

Les incendies ravagent l’Australie depuis le mois de septembre 2019. Le mois de décembre a été particulièrement destructeur. Selon de nombreux scientifiques, ces incendies sont aggravés par le réchauffement climatique et les fortes chaleurs. Selon les prévisions, le mercure ne devrait pas redescendre dans les prochains jours.

lavoixdunord.fr

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here