L’Afrique du Sud durcit de nouveau les mesures pour ralentir la progression des cas de coronavirus. Un couvre-feu entre en vigueur dans le pays à partir de lundi.

Le président sud-africain Cyril Ramaphosa a également decidé de l’interdiction de la vente d’alcool. Selon lui, l’objectif est de réduire le nombre de patients traumatisés afin que les hôpitaux disposent de plus de lits pour traiter les personnes infectées par la COVID-19.

“Nous avons donc décidé, afin de préserver la capacité des hôpitaux, de faire en sorte qu’il y ait suffisamment de lits dans nos hôpitaux qui ne soient pas pris par ceux qui viennent, suite à des traumatismes ou des blessures provoqués par l’alcool”, a déclaré M. Ramaphosa.

L’augmentation rapide des cas signalés en Afrique du Sud en a fait l’un des centres mondiaux de COVID-19, désormais le 9e pays le plus touché par la maladie, selon l’Université Johns Hopkins.

“Il est maintenant clairement établi que la reprise des ventes d’alcool a entraîné une pression importante sur les hôpitaux, y compris les unités de traumatologie et de soins intensifs, en raison des accidents de la route, de la violence, ainsi que des traumatismes liés à l’alcool”, a relevé le chef de l’Etat.

Selon les Centres africains de contrôle et de prévention des maladies, la nation d’Afrique australe représente 40 % de tous les cas confirmés en Afrique, avec 264 184 cas, dont 3 971 décès.

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here