Colombie : La Cour suprême ordonne l’arrestation de l’ex-président Alvaro Uribe

0
21

Lors d’une audience tenue à huis clos, mardi, la Cour suprême a décrété l’arrestation et l’assignation à résidence du sénateur Alvaro Uribe, jugé pour avoir tenté de soudoyer des témoins contre un rival politique. Le président Ivan Duque a défendu “l’innocence” de son mentor.

C’est une décision inattendue pour Alvaro Uribe, qui n’avait jamais été inquiété par la justice. Durant une audience tenue à huis clos, la Cour suprême colombienne a ordonné, mardi 4 août, l’arrestation de l’ancien président qui est soupçonné d’avoir tenté de soudoyer des témoins contre un opposant politique.

Dans un communiqué, la Cour précise que l’ancien chef de l’État (2002-2010) “purgera la privation de liberté à sa résidence, et de là pourra continuer à exercer sa défense avec toutes les garanties légales”.

“La privation de ma liberté me cause une profonde tristesse pour mon épouse, pour ma famille et pour les Colombiens qui croient encore que j’ai fait quelque chose de bien pour la patrie”, a réagi le sénateur et chef du Centre démocratique (CD, au pouvoir) sur son compte Twitter.

Il doit maintenant attendre la date de son procès devant cette cour, seule habilitée à juger les parlementaires.

Une décision saluée par Human Rights Watch, dénoncée par ses partisans

Les partisans du gouvernement ont farouchement critiqué cette décision, qualifiant d’injuste le fait que l’ancien président soit arrêté alors que les ex-chefs des Forces armées révolutionnaires colombiennes (Farc) comparaissent libres devant la juridiction de paix issue de l’accord de 2016.

Lors d’une allocution publique, l’actuel président, Ivan Duque, a pris la défense de son mentor : “Je crois et croirai toujours en l’innocence et en l’honorabilité de celui qui par son exemple a gagné une place dans l’histoire de la Colombie”, a-t-il déclaré, en soulignant son “amitié avec Alvaro Uribe”.

LEAVE A REPLY

Please enter your comment!
Please enter your name here