L’étudiant camerounais Kem Senoua est devenu le premier Africain à avoir contracté le coronavirus en Chine. Il s’est ouvert à la BBC.

Lorsque Kem Senou Pavel Daryl, un étudiant camerounais de 21 ans vivant dans la ville chinoise de Jingzhou, a contracté le coronavirus, il n’avait aucune intention de quitter la Chine, même si cela était possible.

“Quoi qu’il arrive, je ne veux pas ramener la maladie en Afrique”, a-t-il déclaré depuis son dortoir universitaire, où il est actuellement placé en quarantaine pendant 14 jours.

Il souffrait de fièvre, d’une toux sèche et de symptômes ressemblant à ceux de la grippe.

Lorsqu’il est tombé malade, il a pensé à son enfance au Cameroun, où il a contracté la malaria. Il craignait le pire.

“Quand je suis allé à l’hôpital pour la première fois, je pensais à ma mort et à la façon dont je pensais qu’elle allait se produire”, a-t-il dit.

Pendant 13 jours, il est resté en isolement dans un hôpital chinois local. Il a été soigné avec des antibiotiques et des médicaments généralement utilisés pour traiter les patients atteints du VIH.

Après deux semaines de soins, il a commencé à montrer des signes positifs de rétablissement.

Le scanner n’a montré aucune trace de la maladie. Il est devenu la première personne africaine connue comme étant infectée par le coronavirus mortel et le premier à se rétablir.

Ses soins médicaux étaient couverts par l’État chinois.

Pavel Daryl Kem SenouaCopyright de l’imagePAVEL DARYL KEM SENOUA
Image captionM. Senoua dit qu’il ne voulait pas amener la maladie en Afrique
Presentational white space

L’Égypte est devenue le premier pays d’Afrique à confirmer un cas de coronavirus. Les professionnels de la santé avertissent que les pays dont les systèmes de santé sont plus faibles peuvent avoir du mal à faire face à une éventuelle épidémie de la maladie, qui a entraîné plus de 1 770 décès et infecté plus de 72 000 personnes, principalement en Chine.

“Je ne veux pas rentrer chez moi avant d’avoir terminé mes études. Je pense qu’il n’est pas nécessaire de rentrer chez moi car tous les frais d’hospitalisation ont été pris en charge par le gouvernement chinois”, déclare M. Senoua.

Evacuer ou pas ?

Depuis fin janvier, les gouvernements du monde entier, les États-Unis en tête, ont commencé à évacuer leurs citoyens de Wuhan et des villes voisines.

Mais des milliers d’étudiants, de travailleurs et de familles originaires d’Afrique restent bloqués dans la province centrale du Hubei – l’épidémie a commencé dans la capitale provinciale, Wuhan – et certains pensent que leurs gouvernements devraient faire plus pour les aider.

“Nous sommes des fils et des filles d’Afrique, mais l’Afrique ne veut pas venir à notre secours quand nous en avons le plus besoin”, déclare Tisiliyani Salima, étudiante en médecine à l’université de médecine de Tongji et présidente de l’association des étudiants zambiens de Wuhan.

Depuis près d’un mois, Mme Salima vit en auto-quarantaine.

Le temps a commencé à perdre de son sens pour cette étudiante de 24 ans. Elle passe ses journées à dormir et à vérifier les mises à jour des applications de médias sociaux chinois.

Elle assure la liaison entre son ambassade et les 186 étudiants zambiens qui vivent en quarantaine à Wuhan. Beaucoup s’inquiètent de la sécurité alimentaire, de l’approvisionnement et du manque d’information dans une ville qui, cette semaine, a connu une moyenne de 100 décès par jour.

Elle a vu d’autres camarades de classe internationaux évacuer la ville alors que ses compatriotes étaient laissés sur place.

“Au sud du Sahara, la plupart des pays africains ont eu une réaction similaire”, explique une étudiante qui a accepté de parler sous anonymat.

“Les pays africains disent que la Chine peut gérer la situation. Mais la situation n’est pas sous contrôle. Lorsque vous écoutez la réponse officielle, vous comprenez que les pays africains ne veulent pas offenser la Chine. Nous n’avons pas le pouvoir de négociation”, dit l’étudiant.

La Chine est actuellement le plus grand partenaire commercial de l’Afrique et les liens entre les deux pays se sont développés ces dernières années.

La Chine est ainsi devenue le pays d’accueil de 80 000 étudiants africains, dont beaucoup sont attirés par des programmes de bourses d’études.

Mais les dirigeants de la communauté disent que les familles, jeunes et moins jeunes, sont bloquées dans la province de Hubei avec peu d’aide ou d’assistance de la part de leurs gouvernements.

Les gens disent : “Ne nous ramenez pas parce que le Nigeria ne peut pas s’occuper de nous”. Je me sens en conflit, mais au bout du compte, je suis aussi humaine”, déclare Angela, une Nigériane récemment diplômée, qui n’a donné que son prénom.

“J’apprécierais qu’ils reconnaissent qu’il y a des Nigérians ici, mais nous ne semblons pas être une priorité. Nous n’avons reçu aucune réponse de notre gouvernement”, dit-elle.

La semaine dernière, pour la première fois en 22 jours de confinement, la diminution des stocks a obligé Angela à sortir de son appartement pour acheter des produits de première nécessité.

“La ville est comme une ville fantôme. Quand j’ai quitté mon complexe, je ne savais même pas si je serais autorisée à y revenir. Les gens vérifient la température à l’extérieur du portail”, dit-elle dans un entretien téléphonique depuis son appartement.

Le 30 janvier, la communauté camerounaise a adressé une lettre ouverte au président Biya, exhortant son gouvernement à évacuer les citoyens coincés dans l’épicentre de l’épidémie.

Selon Dr Pisso Scott Nseke, leader de la communauté de Wuhan, les Camerounais attendent toujours une réponse.

Il admet que la communauté n’est pas unie dans le désir d’être évacuée mais se dit déçu par le manque d’assistance du gouvernement.

À la mi-février, l’Égypte, l’Algérie, l’île Maurice, le Maroc et les Seychelles avaient fait sortir leurs citoyens de la province de Hubei.

D’autres nations comme le Ghana et le Kenya envisageraient d’évacuer.

Certaines nations ont envoyé des aides financières à leurs citoyens.

Selon le responsable de l’association des étudiants de Côte d’Ivoire à Wuhan, 380 dollars ont été remis aux 77 Ivoiriens de la ville après des semaines de discussions avec leur gouvernement. Mais beaucoup d’entre eux sont de plus en plus frustrés par la position de leur gouvernement.

Le Ghana aurait également envoyé une aide financière à ses ressortissants.

“Rester ici ne garantit pas notre sécurité. Nous sommes simplement dans un pays qui dispose de meilleures installations médicales”, déclare Mme Salima.

“Nous nous sentons abandonnés. Les Chinois ont clairement été irrités par le fait que les Américains aient évacué leurs ressortissants car ils ont senti que cela provoquait la panique”, a déclaré un étudiant qui a accepté de parler sous anonymat. “Il y a beaucoup de méfiance ici envers les autorités”, a-t-il ajouté.

Certains appellent à une stratégie à l’échelle du continent pour aider les ressortissants africains en Chine.

“La décision d’évacuer n’est pas une question de “solidarité ou de manque de solidarité” avec la Chine . Il est de la responsabilité de chaque pays de veiller en dernier ressort à la santé de ses citoyens où qu’ils se trouvent, y compris en Chine”, déclare Hannah Ryder de Development Reimagined, un cabinet de conseil en développement international basé à Pékin.

Quant à M. Senoua, il affirme qu’il n’a pas l’intention de retourner au Cameroun.

“Ce serait une mauvaise et dangereuse idée. La plus grande peur que j’ai eue du virus était d’ordre psychologique et émotionnel. Rentrer chez moi n’est pas une option maintenant”.

bbc

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here