Les autorités ivoiriennes vent debout contre le trafic d‘écailles de pangolin.

Trois tonnes du produit de contrebande saisi entre 2017 et 2018 ont été brûlées sous la supervision du ministre ivoirien des Eaux et Forêts et de l’ambassadeur des États-Unis à Abidjan.

Le pangolin est inscrit dans la liste des animaux en voie de disparition, en tant que mammifère le plus menacé par le braconnage.

Ses écailles sont principalement exportées vers la Chine où le gouvernement en a interdit la vente et la consommation du fait de l‘éruption de l‘épidémie de coronavirus.

Le commerce international de toutes les espèces de pangolin a été interdit en 2016 par un vote de la Convention internationale sur le commerce d’espèces sauvages menacées d’extinction.

Le trafic illégal de la faune est estimé à 15 milliards de dollars par an, selon l’ONG WWF.

africanews

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here