Aucun bilan humain ni matériel n’a été officiellement communiqué après les frappes de l’Iran contre des installations américaines en Irak.

“Tout va bien”. Ce sont les premiers mots de Donald Trump mardi 7 janvier, après les frappes lancées par l’Iran contre deux installations américaines en Irak, en représailles à l’assassinat du général Qassem Soleimani sur ordre des États-Unis cinq jours plus tôt.

Quelques heures après l’annonce des frappes, le dirigeant américain a choisi de s’exprimer sur Twitter, annonçant dans la foulée une allocution ce mercredi matin. “Tout va bien. (…) L’évaluation des dégâts et des victimes est en cours. Jusqu’ici, tout va bien!”, a écrit Donald Trump dans un tweet.

“Nous avons l’armée la plus puissante et la mieux équipée au monde, de loin!”, a-t-il encore ajouté. “Je ferai une déclaration demain matin”.

Donald J. Trump

@realDonaldTrump

All is well! Missiles launched from Iran at two military bases located in Iraq. Assessment of casualties & damages taking place now. So far, so good! We have the most powerful and well equipped military anywhere in the world, by far! I will be making a statement tomorrow morning.

229 k personnes parlent à ce sujet

Dans un communiqué, les Gardiens de la Révolution iraniens ont clairement présenté les frappes comme une riposte à la mort du général Soleimani, particulièrement populaire dans son pays.

Ces derniers ont conseillé à Washington de rappeler les troupes américaines déployées dans la région “afin d’éviter de nouvelles pertes”, et menacé de frapper Israël et “des gouvernements alliés” de l’Amérique.

Le ministre iranien des Affaires étrangères a toutefois affirmé après les attaques que son pays avait mené et “terminé” dans la nuit des représailles “proportionnées” à l’assassinat du général, et laissé entendre qu’il n’y aurait pas d’autres offensives, à moins d’une surenchère américaine.

“L’Iran a pris et terminé des mesures proportionnées d’autodéfense conformes à […] la Charte de l’ONU en attaquant une base d’où ont été lancées des attaques lâches contre nos citoyens et officiers de haut rang. Nous ne cherchons pas l’escalade ou la guerre, mais nous nous défendrons contre toute agression”, a écrit Mohammad Javad Zarif sur son compte Twitter.

Dans un communiqué, les Gardiens de la Révolution ont également averti “le Grand Satan, le régime américain vicieux et arrogant, qu’à tout nouvel acte malveillant ou nouveau mouvement d’agression seront opposées des réponses encore plus douloureuses et dévastatrices.”

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here