Liban : 2750 tonnes de nitrate d’ammonium à l’origine des explosions, plus de 113 morts et 4 000 blessés !

0
46

Les déflagrations au port de Beyrouth ont fait trembler les immeubles et brisé les vitres à des kilomètres à la ronde. Des dégâts ont été observés à l’intérieur du terminal de l’aéroport international, situé à neuf kilomètres du site. Le souffle a été ressenti jusque sur l’île de Chypre, à plus de 200 km et ont fait plus  113 morts et 4 000 blessés, selon un bilan récent du ministère de la santé. Mercredi, des dizaines de personnes étaient encore portées disparues.
Dans la soirée, l’institut américain de géophysique (USGS) basé en Virginie a précisé que ses capteurs avaient enregistré l’explosion comme un séisme de 3,3 sur l’échelle de Richter.

La France va envoyer un détachement de la sécurité civile et «plusieurs tonnes de matériel sanitaire» à Beyrouth, a annoncé dans la nuit le président Emmanuel Macron sur Twitter.

Deux avions militaires (un A400M et un MRTT) décolleront ce mercredi de Roissy avec un détachement de la sécurité civile, composé de 55 personnes et de 15 tonnes de matériel, et un poste sanitaire mobile incluant 6 tonnes de matériel, permettant la prise en charge de 500 blessés. Les équipes devraient atteindre le Liban en fin d’après-midi.

Une dizaine de personnels urgentistes doit également rejoindre au plus vite Beyrouth pour renforcer les hôpitaux avec le soutien de la CMA-CGM pour le transport, selon l’Élysée.

Dès mardi soir, des éléments français de la FINUL sont intervenus sur place.

Londres propose son aide
Le Royaume-Uni s’est dit prêt mardi soir à aider le Liban. «Les images et vidéos de Beyrouth ce soir sont choquantes», a tweeté le Premier ministre Boris Johnson, adressant toutes ses «pensées et prières» aux victimes. «Le Royaume-Uni est prêt à apporter son soutien de toutes les manières possibles», a-t-il ajouté.

Son ministre des Affaires étrangères Dominic Raab a quant à lui assuré la «solidarité» du Royaume-Uni à l’égard du peuple libanais, ajoutant que le pays est «prêt à offrir son aide et son soutien, y compris aux ressortissants britanniques concernés». Un «petit nombre» de membres de personnel de l’ambassade ont été blessés et reçoivent le cas échéant des soins médicaux, mais leurs jours ne sont pas en danger, selon un porte-parole du ministère.

Le nitrate d’amonium à l’origine de nombreuses tragédies dans le monde
Le nitrate d’ammonium désigné comme étant à l’origine des explosions par le gouvernement libanais est un sel blanc et inodore utilisé comme base de nombreux engrais azotés sous forme de granulés, et a causé plusieurs accidents industriels.

L’un des tout premiers accidents fit 561 morts en 1921 à Oppau en Allemagne, dans une usine BASF.

En France, empilées en vrac dans un hangar de l’usine chimique AZF, dans la banlieue sud de Toulouse, quelque 300 tonnes de nitrates d’ammonium ont subitement explosé et fait souffler un vent de mort et de désolation sur la quatrième ville de France le 21 septembre 2001: 31 personnes sont mortes, et la déflagration fut entendue 80 km à la ronde.

Aux Etats-Unis aussi, une terrible explosion à l’usine d’engrais West Fertilizer, à West au Texas, fit 15 morts en 2013. Un stock de nitrates d’ammoniums a explosé à cause d’un incendie d’origine criminelle; l’absence de normes de stockage avait été mise en cause par les enquêteurs.

Le nitrate d’ammonium peut aussi être utilisé dans des engins explosifs. Le 19 avril 1995, Timothy McVeigh avait fait exploser une bombe fabriquée à partir de deux tonnes de l’engrais devant un bâtiment fédéral à Oklahoma City, tuant 168 personnes.

lefigaro.fr

LEAVE A REPLY

Please enter your comment!
Please enter your name here