Le Président libérien, George Manneh Weah, a appelé ses compatriotes qui l’insultent à s’abstenir de le faire car il ne tolérera plus ceux qui s’adonnent à de telle pratique et qui incitent à la violence publique car ils risquent de répondre de leurs propos devant la justice. 

En guise d’appel à ceux iraient à l’encontre de cette exhortation, Weah a annoncé hier jeudi lors de l’inauguration d’un marché à Paynesville dans le comté de Montserrado que les personnes qui insultent le Président (lui) et incitent à la violence publique ne resteront pas impunis.

En décidant de se prononcer sur cette manie de faire de la part de certains libériens, Weah a fait observer que le fait de continuer à l’insulter tous les jours constitue un manque total de respect pour les citoyens.

Pour prévenir les uns et les autres contre de possibles futures actions judiciaires, le Président libérien a expliqué que « Notre pays est un pays de droit. Les gens ont le droit de s’exprimer, de critiquer le gouvernement ou qui que ce soit, mais ce droit est assorti de responsabilités. Très bientôt, ceux qui prennent position sur des plateformes publiques et vont au-delà des limites de la liberté d’expression et qui m’insultent et incitent le public à la violence feront face aux lois ».

En voulant mettre un terme aux insultes qui sont des « attitudes illégales et non traditionnelles », Weah a averti que « que mon gouvernement ne permettra plus jamais d’injures, d’incultes et d’incitation à la violence».

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here