Le président du Liberia George Weah n’est pas resté indifférent au sacre du meilleur joueur de l’année, récompense reçue par l’international sénégalais Sadio Mané le mardi 7 janvier 2020 en Egypte. L’ancienne gloire du football africain, a adressé ses mots de félicitations au fils de Bambali.
« Je tiens à féliciter Sadio Mané pour avoir remporté le prix du joueur africain de l’année. Je suis très fier de lui pour cette réalisation historique et espérons qu’il servira d’inspirations professionnelles à d’autres footballeurs professionnels africains en herbe. », a réagi le président libérien George Weah. Ces propos ne sont pas uniquement les paroles d’un chef d’Etat mais ceux du premier et seul africain à avoir remporté le Ballon d’Or “mondial”.
Le mardi 26 décembre 1995, le numéro 2594 du journal français France Football sort en kiosque. C’est dans cette édition que doit être révélé le nom du Ballon d’or de l’année. Et pour la première fois, il n’y a pas que des Européens dans la sélection. En cette année 1995, le règlement de la plus prestigieuse des distinctions individuelle en matière de football change. Créé en 1956 par l’hebdomadaire France Football (FF), il était jusqu’à l’édition 1994 réservé aux joueurs européens évoluant sur le Vieux continent. Il s’ouvre cette année aux joueurs du monde entier, et le premier non-européen vainqueur ne va pas attendre longtemps avant être désigné.
Le Libérien George Manneh Oppong Weah devient, à 29 ans, le 40è Ballon d’or de l’Histoire. Au terme de sa belle année 1995, il est élu avec 144 points, devant l’Allemand Jürgen Klinsmann (108 points) et le Finlandais Jari Litmanen (67 points).
“Surtout, ”Mister George” devient le premier Africain – et jusqu’à aujourd’hui l’unique – désigné Ballon d’or (même si Eusébio, né au Mozambique, fut récompensé en 1965, mais il jouait pour le Portugal, toujours colon à l’époque du Mozambique)”, renseigne jeuneafrique.fr.
Weah, né le 1er octobre 1966 à Monrovia, commence sa carrière de footballeur dans son pays natal. Formé au Young Survivors, puis à Bongrange Company, il joue par la suite à Mighty Barolle et Invincible Eleven, les deux plus grands clubs libériens, avant de rejoindre le club camerounais du Tonnerre Yaoundé. Un an plus tard, il est repéré par Claude Le Roy, alors entraîneur du Cameroun, qui le met en contact avec l’AS Monaco2. Il a alors 22 ans.
Déçu par la finale de coupe d’Europe perdue par le club monégasque, Weah décide de rejoindre le PSG durant l’été 1992. À Paris, Weah s’impose comme le meilleur buteur du club en championnat lors de la saison 1992-1993 pendant laquelle le PSG atteint la demi-finale de la Coupe UEFA, éliminé par la Juventus. En 1993-1994, le PSG est champion de France et de nouveau demi-finaliste européen.
“L’aventure européenne de Paris et de son attaquant phare s’arrête en demi-finale de l’épreuve, battue par le Milan AC tenant du titre. A l’été 1995, « Mister George » répond aux sirènes du Calcio et s’engage pour ce même Milan. Après trois années au PSG, 55 buts, un championnat de France en 1994 et 3 coupes, Weah intègre l’un des plus grands clubs du monde”, précise le site d’information.
Durant l’été, il décroche la première qualification du Liberia, pour la CAN de 1996, puis réalise une bonne fin d’année dans sa nouvelle équipe. Le 7 janvier 1996, c’est dans l’antre du Milan, au stade de San Siro, qu’il présente aux caméras son trophée, remis par le directeur de la rédaction de FF, Gérard Ernault. Avec le club Rossonero, il gagne le championnat en 1996 et 1999, et marque 58 buts, plantés dans son style si particulier alliant puissance, vitesse et technique.

Fallou Fall pour vonews.net

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here