A Madagascar, le business autour du coronavirus se porte bien et certains commerçants réalisent de bonnes affaires.

“Avant, je vendais du dentifrice et je gagnais 10 000 ariarys par jour (2,50 euros). Maintenant que je vends des masques, je rentre chez moi avec 30.000 ariarys chaque nuit (7,50 euros)”, avoue Tsiry Salesman, un commerçant.

La pharmacopée traditionnelle semble avoir retrouvé un second souffle

“Nos ancêtres utilisaient le gingembre pour soigner la grippe et la fièvre. Par exemple, lorsque nous toussons, nous utilisons du miel et du gingembre pour réchauffer nos estomacs. Le citron est utilisé pour fournir de la vitamine C. Nous mélangeons les deux lorsque nous faisons du thé. Si je comprends bien, il réchauffe l’intérieur et apporte de la vitamine C “, explique Laloa Rasoanirina, vendeuse.

Mais le Dr Charlotte Ndiaye, la Représentante de l’OMS dans le pays invite à la prudence…

“Face à ce nouveau coronavirus, on n’a pas d’information sur une utilisation efficace d’une plante médicinale quelle qu’elle soit”.

Le chef de l’Etat malgache, Andry Rajoelina, invite les chercheurs locaux à faire parler leur génie.

“C’est vraiment le moment pour les chercheurs malgaches de montrer leur savoir-faire. De plus, nous voyons ces plantes médicinales à Madagascar, qui peuvent être utilisées pour arrêter la pandémie”.

Au mercredi 25 mars 2020, Madagascar dénombrait officiellement 19 malades et 60 personnes placées en observation.

africanews

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here