Plus de 400 personnes rapatriées au Malawi le week-end dernier se sont échappées d’un camp de dépistage de coronavirus à Blantyre, la capitale économique du pays.

Rentrés d’Afrique du Sud, ils ont été mis en quarantaine systématiques selon les protocoles en vigueur. Mais ils n’ont pas attendu de connaître les résultats des tests qu’on leur a administrés pour savoir s’ils étaient infectés ou non.

Des vidéos circulant sur les réseaux sociaux montrent les rapatriés en train d’escalader les barrières du stade de Kamuzu, sous le regard ahuri des policiers.

Le hic : 46 de ces personnes sont infectées au coronavirus, selon les résultats des tests publiés mercredi soir.

D’après le quotidien Nyasa Times, 300 de ces rapatriés n’avaient pas encore été testés, ce qui fait craindre un taux de prévalence plus élevé.

Le journal fustige les autorités qui, à ses yeux, n’ont pas pu assurer la sécurité du camp de quarantaine.

En fait, toujours selon le quotidien, les rapatriés étaient même autorisés à sortir pour acheter de la nourriture et d’autres produits de première nécessité.

L’évasion sera au cœur de la rencontre de la Task-force présidentielle prévue jeudi, selon le quotidien Daily Times.

A ce jour, le Malawi compte 101 cas confirmés de la maladie Covid-19, dont 4 décès et 37 guérisons.

voaafrique

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here