Des centaines de fidèles se sont pressés vendredi dans la plus grande mosquée de Nouakchott, sans guère se soucier de précaution contre le coronavirus, après l’assouplissement par le gouvernement de restrictions pénibles pendant le Ramadan.

“Vraiment, cette pandémie nous avait mis dans un trou”, dit Ly Almamy, fonctionnaire, “avec cette ouverture de la mosquée, on a encore espoir. On peut prier, on peut demander Dieu, que Dieu exauce nos prières et qu’il nous enlève en fait tout ce qui est arrivé aux musulmans”.

La Mauritanie, peu touchée par le Covid-19, a annoncé mercredi alléger les mesures vigoureuses prises contre la pandémie, avec une réouverture des marchés à partir de jeudi et une reprise des prières collectives vendredi. Les autorités ont officiellement déclaré huit cas de contamination, dont six guéris et un décès. Une seule personne est officiellement sous traitement.

La grande mosquée de Nouakchott était certes restée ouverte ces dernières semaines, y compris pour les cinq prières quotidiennes. Mais celles-ci ne drainent pas les foules et ne tombaient pas sous le coup de l’interdiction. En revanche, la grande mosquée a été privée vendredi de la grande prière hebdomadaire, en plein mois de jeûne sacré.

avec afp

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here