Les Françaises terminent leur premier tour de cette Coupe du monde à domicile avec une courte victoire (1-0) obtenue au forceps au Roahzon Park de Rennes ce lundi face au Nigeria. Un penalty de Wendie Renard a fait basculer cette rencontre en faveur des Bleues. Place désormais aux huitièmes de finale.

Corinne Diacre l’avait annoncé. Même avec la qualification déjà en poche, même avec un onze quelque peu remanié par rapport à celui victorieux face aux Sud-Coréennes et face aux Norvégiennes, l’équipe de France voulait remporter son troisième et dernier match de poule dans cette Coupe du monde 2019 face aux Nigérianes, ce lundi 17 juin. Mission accomplie avec ce succès court (1-0) acquis plus difficilement que prévu à Rennes.

Un premier acte poussif

Le soutien encore massif d’un Roazhon Park tout acquis à la cause tricolore n’a pas empêché les Françaises de livrer une première période frustrante. Delphine Cascarino, titularisée sur le flanc droit de l’attaque, avait des fourmis dans les jambes et ses chevauchées ont fait passer des frissons dans le stade rennais.

Mais quand il s’agissait de concrétiser la domination de l’équipe de France, ni la Lyonnaise, ni ses partenaires n’ont trouvé le bon équilibre ou fait le bon geste. Les imprécisions se sont traduites dans les statistiques : si la possession de balle a été largement bleue dans les 45 premières minutes (70%), pas un seul des six tirs français n’a trouvé le cadre.

Peut-être secouées par Corinne Diacre durant la pause, les Bleues sont revenues sur le terrain avec un état d’esprit résolument offensif, contraignant les championnes d’Afrique à se replier dans leur camp et à subir en n’espérant que quelques contre-attaques pour mettre en danger la gardienne tricolore Sarah Bouhaddi. Mais là encore, le cadre s’est dérobé devant Delphine Cascarino, puis Gaëtane Thiney, pourtant idéalement placée.

Alors, la sélectionneure Diacre a sorti du banc ses gâchettes Kadidiatou Diani et Eugénie Le Sommer, lancées dans la bataille à l’heure de jeu sous les ovations des tribunes. Deux entrées qui vont s’avérer déterminantes. A la 73e minute, la Parisienne Diani s’écroule dans la surface ; après avoir revisionné l’action au ralenti, l’arbitre Mme Melissa Borjas a accordé un penalty pour une faute de Ngozi Ebere. La défenseure a même eu droit à la double peine en recevant un second carton jaune, synonyme d’exclusion.

Wendie Renard, malheureuse face à la Norvège avec un but contre son camp, s’est présentée face à Chiamaka Nnadozie… mais a trouvé le poteau. Les Super Falcons ont exulté, mais pour seulement quelques secondes. Les assistantes de Mme Borjas l’ont sollicité à nouveau car Nnadozie a quitté sa ligne de but sur le tir de la Française. Verdict : carton jaune pour la Nigériane et penalty à retirer. Malgré la pression, Renard a de nouveau pris ses responsabilités, et cette fois, elle a fait mouche et libéré le public bleu-blanc-rouge (78e). Frustrant pour les joueuses de Thomas Dennerby.

Les Françaises en tête du groupe A

La seule satisfaction du Nigeria aura donc été de ne pas céder davantage dans cette rencontre, malgré les derniers coups de boutoir des Françaises. Une bien maigre consolation devant ce scénario difficile à avaler après avoir autant résisté. Les règles de la Fifa ont bien été respectées, mais la pilule reste très amère. Les Super Falcons peuvent encore espérer accéder aux huitièmes de finale en qualité de meilleures troisièmes.

Aussi poussive que fut cette victoire étriquée, elle offre malgré tout aux Bleues la première place du groupe A. Cela offre aux joueuses de Corinne Diacre un huitième de finale a priori favorable le 23 juin au Havre contre une nation qui se classera parmi les meilleures troisièmes. Il faudra toutefois hausser le niveau de jeu pour espérer aller jusqu’au bout dans ce Mondial.

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here