Un an après le cycle les tempêtes tropicales qui ont balayé l’Afrique australe et singulièrement le Mozambique, une grande partie des victimes continuent à dépendre de l’aide alimentaire.

Les images de sacs de céréales livrés par les hélicoptères de l’armée sud-africaine continuer à hanter les esprits bien qu’elles remontent à 2019.

On y voit des villageois braver les pales de l’appareil pour récupérer leur « butin ».

Un an plus tard, le souvenir reste douloureux.

« Quand la maison a commencé à s’effondrer, nous avons couru vers l‘école avec les enfants pour les mettre à l’abri de la pluie, se rappelle une victime. Beaucoup de maisons ont été détruites. Nous n’avons pu rien sauver. Tout a été noyé, tout a été détruit. »

Selon le Programme alimentaire mondial, plus d’un million et demi de personnes ont besoin d’aide alimentaire au Mozambique.

Il y a une semaine à Macumba, le programme a procédé à la distribution de packs de survie à plusieurs dizaines d’habitants dans le village de Macumba, situé au nord-est du pays non loin de la ville portuaire de Beira, l’une des principales agglomérations sinistrées par les cyclones Idai et Kenneth.

« Un an après que le cyclone a frappé Beira, la reconstruction suit son cours, explique Deborah Nguyen, la porte-parole du PAM en Afrique australe. Mais ça progresse très lentement et les gens se reconstruisent. Ils ont un minuscule toit au-dessus de leurs maisons et ils essaient de relancer l’agriculture. Malheureusement, l’année dernière, ils ont perdu toute leur récolte du fait du cyclone. Et cette année, ils ont déjà perdu une partie de la récolte du fait des désastres qui se succèdent. Donc, après que le cycle a détruit leurs semences l’année dernière, cette année, ils doivent faire face aux pluies diluviennes des derniers mois. Et ils ont déjà perdu une partie de ce qui devait être leur récolte cette année. »

Entre sécheresse, cyclones et fortes pluies, le Mozambique fait face à une série de catastrophes climatiques depuis plusieurs années. Le pays est l’un des plus pauvres au monde. 46 % de sa population vit en dessous du seuil national de pauvreté.

World Food Programme

@WFP

One year ago, when hit Beira in Mozambique, WFP deployed staff, trucks, planes, helicopters and even amphibian vehicles to make sure we could save lives even in the most inaccessible locations.

Vidéo intégrée

56 personnes parlent à ce sujet
africanews

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here