A la Une : le président tchadien Idriss Déby élevé au titre de maréchal, un jihadiste libyen exécuté pour un attentat sanglant en Egypte, la Guinée-Bissau reçoit à son tour des médecins cubains contre le Covid, La France condamnée par la justice européenne pour l’expulsion d’enfants vers les Comores, retour au calme dans le Sud de la Tunisie après la libération d’un leader de la contestation, début des funérailles de l’ex-président Pierre Nkurunziza au Burundi, démission du ministre de la Justice en Gambie, trois morts dans des inondations dans la capitale ivoirienne, libération du journaliste Ignace Sossou au Bénin, fin de l’épidémie d’Ebola en RDC.

01. L’Assemblée nationale tchadienne a élevé vendredi le président Idriss Déby Itno au titre de maréchal pour le combat qu’il a mené contre le terrorisme, a déclaré le président de l’Assemblée, Haroun Kabadi. Le président Idriss Déby, 68 ans, arrivé au pouvoir par les armes il y a près de 30 ans, était jusqu‘à présent général de l’armée tchadienne. Dernier fait d’arme en date : il s‘était rendu dans la région du lac Tchad fin mars pour piloter la riposte de l’armée après une attaque du groupe jihadiste Boko Haram contre une base tchadienne où près de 100 soldats tchadiens avaient été tués. “Le général Idriss Déby Itno est élevé à la dignité de maréchal du Tchad pour service rendu à la Nation et les nombreuses victoires militaires remportées tant à l’intérieur qu‘à l’extérieur du pays”, a indiqué le président de l’Assemblée nationale. Le parti de la majorité présidentielle, le Mouvement patriotique du Salut (MPS), estime pour sa part dans un communiqué que le président “mérite bien une telle consécration au regard de ses valeurs incontestables d’homme d’Etat”.

02. Un jihadiste libyen, Abdel Rahim al-Mismari, condamné à mort pour son rôle dans un attentat sanglant en Egypte en 2017, a été exécuté par pendaison samedi, a annoncé l’armée égyptienne. Le 20 octobre 2017, 16 policiers égyptiens ont été tués dans une embuscade et des affrontements contre des combattants islamistes sur la route d’al-Wahat al-Bahariya, à 200 km au sud-ouest du Caire, dans le désert occidental. Quelques jours plus tard, l’Egypte a mené en représailles des frappes dans le désert occidental contre un groupe jihadiste ayant revendiqué l’embuscade. Un chef du groupe, Imad Eddine Abdel Hamid, un ex-officier égyptien, a été tué. Abdel Rahim al-Mismari, a survécu aux frappes et a été capturé. En novembre 2019, Mismari, originaire de Derna en Libye, a été condamné à mort par la justice en Egypte, selon les médias officiels. “Aujourd’hui (samedi), le jihadiste libyen Abdel Rahim al-Mismari a été exécuté par pendaison”, a indiqué l’armée égyptienne dans un communiqué relayé par les médias. Il a été reconnu coupable de “11 crimes” dont “appartenance à un groupe illégal, affilié à l’organisation terroriste Al-Qaïda en Libye”, et “meurtre avec préméditation”, selon la même source.

03. La Guinée-Bissau est devenue dans la nuit de vendredi à samedi le dernier pays en date à bénéficier de l’envoi par Cuba de ses médecins à travers le monde pour combattre le Covid-19, ont constaté des correspondants de l’AFP. Une vingtaine de médecins en blouse et masques blancs ont débarqué à Bissau, drapeau cubain en tête, d’un vol de la compagnie portugaise Azores Airlines. Du personnel médical cubain se trouvait déjà en Guinée-Bissau avant la pandémie. Mais ces médecins sont les premiers dépêchés en réponse à l‘épidémie. Depuis le début de la pandémie, Cuba a envoyé environ 3.000 professionnels de santé dans différents pays, Italie, Mexique ou Qatar. A peu près en même temps que la Guinée-Bissau, quinze praticiens cubains ont posé pied en Martinique, dans les Antilles françaises. L’Afrique du sud ou encore la Guinée voisine de la Guinée-Bissau ont également accueilli des médecins cubains. La Guinée-Bissau a déclaré 1.614 cas de contamination et 22 décès. L’ONG Médecins sans frontières tirait la sonnette d’alarme en mai devant la progression rapide de l‘épidémie, qui faisait de ce petit pays l’un des plus touchés du continent en proportion de sa population (1,8 million). MSF s’inquiétait d’une réponse “insuffisante et souvent mal coordonnée”, de la contamination d’un nombre important de soignants et de la stigmatisation associée à la maladie.

04. La France a été sévèrement condamnée par la Cour européenne des droits de l’homme (CEDH), ce jeudi, pour la rétention et l’expulsion de deux enfants de 3 et 5 ans entrés illégalement à Mayotte en 2013. L’État devra donc payer 22 500 euros aux deux enfants et à leur père pour préjudice moral. En novembre 2013., les deux enfants partent des Comores à bord d’un kwassa-kwassa, une embarcation de fortune, pour tenter de rejoindre leur père qui réside à Mayotte légalement depuis 1994. À bord, ils ne connaissent personne. Les 17 passagers sont interpellés en mer par les autorités françaises et placés dans un centre de rétention. Le jour même, les enfants sont rattachés administrativement à l’un des autres migrants et renvoyés aux Comores, sans que leur père n’ait pu prendre contact avec eux.

05. La libération du porte-parole du mouvement de protestation, Tarek Haddad, arrêté dimanche, a fait retomber la tension dans le Sud tunisien, en proie depuis plusieurs semaines à un mouvement de colère des jeunes qui s’estiment laissés-pour-compte. Son retour a été fêté par une foule en liesse qui voit en lui le porte-voix des revendications sociales de la région. Des milliers d’habitants sont venus accueillir Tarek Haddad, l’enfant du pays qui porte les combats des jeunes dans cette ville où le chômage atteint 30%. Dans la rue, les témoignages sont unanimes. « Il est des nôtres, il porte nos revendications » ; « C’est une joie » ; « C’est comme une fête de son retour, il est bien connu depuis trois ans ».

06. Les obsèques nationales de l’ancien président burundais Pierre Nkurunziza ont débuté vendredi à l’hôpital du Cinquantenaire de Karusi (centre), où il est décédé subitement le 8 juin, officiellement d’un arrêt cardiaque, a-t-on appris de source gouvernementale et auprès de témoins. Les cérémonies ont débuté par “un hommage rendu au défunt dans la plus stricte intimité familiale par son épouse, Denise Bucumi Nkurunziza, ses enfants et des proches qui les accompagnent”, a expliqué à l’AFP un cadre de la présidence, sous couvert d’anonymat. Un convoi funéraire, sous forte protection militaire et policière, a quitté cet hôpital pour se diriger vers Gitega, la capitale administrative du pays, 60 km au sud-ouest, ont indiqué des témoins à l’AFP. La population a été invitée par les autorités à se regrouper tout au long de la route entre Karusi et Gitega pour rendre hommage à Pierre Nkurunziza, mort à l‘âge de 55 ans après 15 années au pouvoir. Un hommage national, avec des prières œcuméniques, devait ensuite lui être rendu au stade Ingoma de Gitega. Les invités ont été encouragés à s’habiller de blanc, et pour les hommes à porter une photo de M. Nkurunziza.

07. Le ministre gambien de la Justice Abubacarr Tambadou, qui s’est fait connaître notamment en menant des enquêtes sur les violations des droits de l’homme commises dans son pays par l’ancien président Yahya Jammeh et par sa défense des droits des Rohingyas de Birmanie, a démissionné. Les autorités gambiennes ont expliqué que M. Tambadou, 47 ans, quitterait ses fonctions le 30 juin, pour prendre un poste non précisé aux Nations unies. Nommé ministre de la Justice en 2017, M. Tambadou a été l’un des fondateurs de la commission Vérité, Réconciliation et Réparations qui a enquêté sur les violations des droits de l’homme sous le régime de Yahya Jammeh, qui a dirigé la Gambie d’une main de fer pendant 22 ans.

08. Rues transformées en torrents, maisons inondées : des pluies diluviennes ont frappé jeudi Abidjan, la capitale économique ivoirienne, faisant trois morts et causant d’importants dégâts. Deux personnes ont péri et 35 ont été mises en sécurité, selon le Groupement de sapeurs pompiers militaires d’Abidjan, mais un journaliste a vu un troisième corps sans vie. Ces morts s’ajoutent aux 16 autres survenues au cours d’un glissement de terrain jeudi dernier dans un quartier déshérité, déjà à la suite de pluies torrentielles. “En une demi-heure, l’eau est montée d’un mètre et demi. On a dû se réfugier sur le toit de la maison, un torrent dévalait la rue”, a témoigné auprès de l’AFP Thomas Diego Badia, un journaliste dont la société de production est située dans la “Cité Reconciliation”, un endroit cossu de Cocody Riviera.

09. Condamné en première instance à 18 mois de prison, puis à 6 mois en appel le 19 mai dernier, le journaliste béninois Ignace Sossou est libre. Il a quitté la prison civile de Cotonou mercredi. Rappel de l’affaire: en décembre 2019, CFI (agence française qui œuvre au développement des médias du sud), organise un atelier sur « l’Infox ». Ignace Sossou publie trois tweets sur l’intervention du procureur de la République lors de cet atelier. Les tweets sont jugés dénaturés, il est arrêté le 24 décembre, jugé et condamné pour cyber harcèlement. À sa sortie de la maison d’arrêt, Ignace Sossou est apparu décontracté, visage masqué, lunettes de soleil, T-shirt noir porté sur un pantacourt blanc. Ses premiers mots sont pour ceux et celles qui se sont fortement mobilisés pour sa libération. « Je remercie toutes les organisations de journalistes qui se sont mobilisées pour ma libération. Aujourd’hui, je suis un homme libre, je vous remercie très sincèrement ».

10. En République démocratique du Congo, le ministre de la Santé Eteni Longondo a officiellement proclamé jeudi la fin de l’épidémie d’Ebola dans l’Est du pays. Déclarée le 1er août 2018, cette dixième épidémie de fièvre hémorragique sur le sol congolais a tué 2277 personnes, a déclaré le ministre de la Santé, qui a parlé de l’épidémie «la plus longue, la plus complexe, et la plus meurtrière» dans l’histoire du pays. Le virus a principalement touché la province du Nord-Kivu, où des dizaines de groupes armés sont actifs. Pour la première fois, la vaccination a été massivement utilisée sur plus de 320.000 personnes. Les responsables sanitaires congolais et l’OMS espèrent que l’expérience va permettre de juguler rapidement le nouveau foyer infectieux dans l’Ouest, à plus de 1.000 km. Il s’est déclaré en mai dans la province de l’Equateur, sans lien épidémiologique avec la crise sanitaire qui s’achève.

Fallou Fall pour https://vonews.net/

         Revue de presse sur Vonews Afrique du 28 juin 2020 

Malawi : le chef de l’opposition élu président a prêté serment

Lire l’article sur : https://vonews.net/malawi-le-chef-de-lopposition-elu-president-a-prete-serment/

RDC : le Premier ministre interpelle le chef de l’Etat

Lire l’article sur : https://vonews.net/rdc-le-premier-ministre-interpelle-le-chef-de-letat/

Malawi : le chef de l’opposition élu président a prêté serment

Lire l’article sur : https://vonews.net/malawi-le-chef-de-lopposition-elu-president-a-prete-serment/

Bonne lecture.

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here