Voici ce qui advient quand les rivières Mubuku, Nyamugasani et Nyamwamba sortent de leurs lits.

Des inondations monstres ont ravagé le district de Kasese laissant derrière elle non seulement un paysage désolé, mais aussi des centaines de familles sans logements.

Stephen Anguyo, vendeur de poisson se rappelle de la montée des eaux.

“Cet endroit, où nous nous tenions était une terre sèche et lentement l’eau a commencé à se remplir. Nous avons essayé de mettre des rampes, mais l’eau a continué d’augmenter et a englouti toutes ces maisons”.

Une rapide montée d’eau aux conséquences dévastatrices. Le principal hôpital de la région est hors service alors que les inondations font craindre une épidémie de choléra.

De l’avis des experts, les eaux ont atteint des niveaux encore jamais enregistrés depuis 1964 dans ces contrées au Sud de l’Ouganda. Le désespoir des populations locales est total.

“Normalement, il n’y avait pas d’eau ici et ils avaient leurs entreprises, elles avaient tout, mais maintenant l’eau est venue et elles ont été éjectés et c’est une perte d’activité pour de nombreuses communautés et comme je le dis, cette eau ne disparaîtra pas demain, elle est ici pour rester”, explique Tom Okurut, directeur exécutif de l’Autorité nationale de gestion de l’environnement.

Les dégâts causés par les inondations sont visibles à l‘œil nu. Lors de sa descente sur place, le ministre ougandais en charge de la préparation aux catastrophes a appelé ses concitoyens à se retrousser les manches. Ces inondations à son avis sont un défi, une bataille qu’il va falloir livrer avec la nature.

“La nature reprend progressivement ses droits. Et ce que nous devons nous réveiller et commencer à réaliser qu’en matière de planification, quand les villes planifient, lorsque les pays planifient, il faut le faire avec la nature. Nous aimons tous le front de mer, mais il est important de s’assurer que nous donnons à l’eau une chance de se déplacer librement”, rassure Joseph Masembe, militant écologiste.

Afin de prévenir une nouvelle vague d’inondations, le gouvernement ougandais a décidé de libérer davantage d’eau du lac Victoria alors que le plan d’eau a lui aussi atteint des niveaux encore jamais enregistrés jusqu’ici.

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here