Le cap des 2.000 contaminations a été franchi samedi en République démocratique du Congo où les autorités démentent l’existence de fausses déclarations de cas de nouveau coronavirus et déplorent la “démotivation” des équipes de prise en charge.

“Depuis le début de l’épidémie déclarée le 10 mars 2020, le cumul des cas est de 2.025. Il y a eu 63 décès et 312 personnes guéries”, indique le dernier bulletin sanitaire diffusé dans la nuit.

La capitale Kinshasa concentre l’essentiel des cas (1.879 dont 80 ces dernières 24 heures).

Une mauvaise campagne médiatique est menée contre notre pays par certains médias étrangers en vue de ternir son image en rapport avec la gestion du Covid-19

De même source, un médecin et un administrateur hospitalier ont été arrêtés puis relâchés après “une controverse au sujet d’un patient décédé au cours de ce mois”.

La semaine dernière, le président Félix Tshisekedi avait demandé au ministre de la Santé un rapport sur des rumeurs concernant des fausses déclarations de décès liées au Covid-19.

“Une mauvaise campagne médiatique est menée contre notre pays par certains médias étrangers en vue de ternir son image en rapport avec la gestion du Covid-19”, souligne cette semaine le compte-rendu du Conseil des ministres qui s’est tenu vendredi.

Le chef des équipes de prise en charge Jean-Jacques Muyembe et l’ambassadeur de Chine en RDC ont démenti ces rumeurs lors d’une conférence de presse conjointe à l’occasion de la fin d’une mission de 12 jours de 12 experts chinois à Kinshasa.

“Aucun médecin parmi la mission n’a mentionné de faux malades. Les malades hospitalisés souffrent bel et bien de la pandémie”, a déclaré l’ambassadeur Zhu Jing.

“Les cas sont moins sévères chez nous qu’en Europe ou aux Etats-Unis. Nous avons une population plus jeune et donc plus résistante aux infections”, a détaillé M. Muyembe.

Par ailleurs, le conseil des ministres a condamné les agressions d‘équipes de prévention anti-Covid-19 cette semaine à Kinshasa, incitant le “ministre de la Justice à agir avec rigueur contre les auteurs de ces actes”.

“Le déficit de sensibilisation et la démotivation du personnel de la riposte portent atteinte à l’efficacité de la politique menée”, déplore aussi le Conseil des ministres.

Le Parlement a voté vendredi le prolongement de 15 jours de l‘état d’urgence sanitaire, pour la troisième fois.

Le directeur adjoint de la communication présidentielle est décédé samedi du Covid-19, rapportent samedi des médias congolais.

AFP

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here