La République démocratique du Congo suit le compte à rebours de la fin de l‘épidémie d’Ebola prévue le 12 avril, en surveillant de près entre autres les ex-patients qui pourraient encore porter le virus dans leur liquide séminal, ont indiqué lundi les autorités sanitaires.

Aucun nouveau cas n’a été enregistré depuis 21 jours et la dernière patiente est sortie le 3 mars d’un centre de traitement à Beni, l’un des épicentres dans l’Est.

“Un compte à rebours de 42 jours a commencé le 2 mars pour déclarer la fin de la deuxième épidémie d’Ebola la plus meurtrière au monde”, a précisé l’Organisation mondiale de la Santé (OMS), qui a qualifié la dixième épidémie d’Ebola sur le sol congolais d’urgence sanitaire mondiale.

“Nous continuons à documenter des alertes tous les jours et à vacciner des contacts”, a déclaré à Genève le directeur général de l’OMS, Tedros Adhanom Gebreyesus, en ouverture d’une conférence de presse sur le coronavirus.

“Lors de la précédente épidémie d’Ebola, nous avons vu des nouveaux épisodes même après la fin de l‘épidémie. C’est pourquoi nous continuons de fournir des soins de suivi à plus de 1.100 survivants”, a-t-il détaillé.

“Le plus grand défi aujourd’hui pour nous, c’est le suivi des survivants parce que certains continuent à secréter le virus dans leur liquide séminal”, a de son côté déclaré le responsable congolais de la lutte anti-Ebola, le professeur Jean-Jacques Muyembe.

Plus de 320.000 personnes vaccinées
“Nous allons faire des études pour traiter ces survivants qui sécrètent encore le virus pour qu’ils ne soient pas un danger pour leurs conjoints”, a-t-il déclaré lors d’une conférence de presse à Kinshasa.

Des traces du virus étaient encore présentes dans le sperme de 5% des hommes entre un mois et 18 mois après l’infection, avait indiqué une étude publiée dans la revue médicale The Lancet en janvier 2017, portant sur des survivants de l‘épidémie d’Ebola en Afrique de l’Ouest (2013-2016).

Déclarée le 1er août 2018, l’actuelle épidémie en RDC est la deuxième la plus grave de l’histoire, après celle qui a frappé l’Afrique de l’Ouest. Sur 3.444 cas enregistrés, il y a eu 2.264 décès.

Plus de 320.000 personnes ont été vaccinées avec deux vaccins différents (plus de 300.000 avec un vaccin du groupe américain “Merck Sharp and Dohme, et plus de 20.000 avec un vaccin des laboratoires Johnson&Johnson).

La RDC est officiellement épargnée jusqu‘à présent par l’actuelle épidémie mondiale de coronavirus.

avec AFP

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here