Londres et le Royaume-Uni abordent leur dernière semaine au sein de l’Union européenne. Vendredi prochain, plus de trois ans après le référendum de juin 2016, le Brexit s’appliquera enfin. Et le nouveau sujet de controverse dans le Royaume tient à cette question : faut-il organiser des célébrations pour marquer la fin de l’aventure européenne ? De nombreux politiques s‘élèvent contre cette idée jugée de mauvais goût.

“Utiliser le drapeau national pour célébrer quelque chose qui ne plaît qu‘à la moitié du pays, un seul parti en fait, s’approprier ainsi le drapeau est déplacé”, analyse Tony Greaves, membre du parti libéral-démocrate de la Chambre des Lords.

Les pro-Brexit insistent malgré tout pour célébrer comme il se doit un événement aussi historique. “Ici il y aura, je ne sais pas, 30 à 40 000 personnes. Je pense qu’on entendra un énorme rugissement d’excitation, on pourra dire + Nous étions là +”, explique Richard Tice, président de “Leave Means Leave” et député européen du Brexit.

A Downing Street, Boris Johnson et ses équipes préparent activement le jour du dénouement si longtemps attendu. Un compte à rebours sera projeté sur le lieu de résidence du Premier ministre, l’Union Jack se démultipliera sur la place du Parlement et ses couleurs illumineront les principaux monuments londoniens.
Le Trésor public lui éditera une pièce de monnaie spécialement pour l‘événement.

Suivra une longue année de transition au cours de laquelle les débats se poursuivront entre pro et anti-Brexit. Une question encore loin d‘être tranchée pour les Britanniques.

africanews

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here