Les criquets pèlerins qui font des ravages dans la corne de l’Afrique ont atteint dimanche l’Ouganda et la Tanzanie. Leur déplacement dans la région était attendu et le gouvernement de Kampala a pris des mesures d’urgence pour faire face à leur arrivée. Mais les prévisions de l’Organisation des Nations unies pour l’alimentation et l’agriculture indiquent que la situation pourrait s’aggraver.

Deux hélicoptères de l’armée ougandaise ont été dépêchés vers la frontière kényane ce lundi, pour amener des équipements d’urgence. Le ministère de l’Agriculture dit avoir mis à disposition 36 000 litres de pesticides à pulvériser sur les zones envahies et 2 000 soldats ont été mobilisés, selon le porte-parole de l’armée. Il s’agit là des premières mesures décidées par Kampala dimanche après le signalement de plusieurs essaims dans la région de Karamoja, au nord-est.

Hon. Bagiire Henry Aggrey@Hon_Bagiire

I flagged off the consignments for pesticides to fight the locusts that have invaded us in the karamoja region along with Mr. Antonio Querido the Country Representative @FAOUganda and Major General Samuel Kavuma the Deputy Commander of Land Forces.

Voir l'image sur TwitterVoir l'image sur TwitterVoir l'image sur Twitter
Voir les autres Tweets de Hon. Bagiire Henry Aggrey

Plus au sud, en Tanzanie, des essaims ont également été signalés dans des villages près du mont Kilimandjaro. D’autres pourraient atteindre bientôt le Soudan du Sud et le Burundi.

La situation demeure donc « extrêmement préoccupante », dit la FAO. L’agence de l’ONU annonce que la ponte et l’éclosion des œufs des criquets ont commencé « à grande échelle » au Kenya, en Éthiopie et en Somalie, faisant peser « une menace sans précédent pour la sécurité alimentaire et les moyens de subsistance dans la région ».

rfi

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here