L’Union européenne coupable de crimes contre l’humanité ? C’est l’accusation portée par Juan Branco, avocat et ancien assistant du premier procureur de la CPI et Omar Shatz, membre du Réseau mondial d’action juridique, une ONG représentant les victimes de politiques migratoires.

Les deux hommes, accusent l’Union européenne et ses Etats membres de meurtre, torture, traitements inhumains et déplacements forcés contre les migrants tentant de fuir la Libye.

“L’UE est une structure de pouvoir très complexe, qui a également permis ce double discours, parce qu’elle a caché la nature de sa politique et qu’il est très compliqué d‘établir les responsabilités réelles”, avance Juan Branco, avocat et co-auteur du rapport.

Dans une plainte transmise lundi à la procureure de la Cour pénale internationale, ils dénoncent des politiques visant à ignorer le sort des migrants en détresse en mer, afin d’en dissuader d’autres de chercher refuge en Europe.

“Nous espérons que la Cour pénale internationale comprendra que, pour sa propre crédibilité, et peut-être même pour sa survie, elle doit suivre cette voie également parce que je pense que l’opinion publique attend de la CPI des signes d’indépendance et de capacité, non seulement pour poursuivre les acteurs les plus faibles de la scène internationale, mais aussi ceux qui lui sont plus proches, ses juges et son fonctionnement institutionnel. Et peut-être aussi à ses valeurs morales”, a-t-il ajouté.

La plainte destinée à la CPI vient s’ajouter aux nombreux rapports établis par des ONG et aux dénonciations répétées de responsables des Nations unies. Selon l’Organisation internationale pour les migrations, plus de 5 100 migrants sont morts en mer en 2016.

avec africanews

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here