Des fleurs d’une luxuriance et d’une beauté édénique. Pourtant, cette exploitation horticole du Kenya perd 20 000 USD par jour, car elle n‘écoule que 20 % de sa production journalière et le reste est détruit.

Dans la ferme “Bliss Flora” de Njoro, à quelque 180 km au nord-ouest de Nairobi, la crise du Covid-19 se fait sentir à plein: plus aucune des 100.000 à 120.000 roses produites quotidiennement et destinées à l’export ne trouve preneur.

“L’effet majeur se fait sentir sur nos marchés, car les vols peuvent y être, mais c’est le marché qui ne prend pas les fleurs et nous finissons par mettre à la poubelle environ 75 à 80 % de notre production et ne pouvons en écouler que 20 %”, explique Philip Kuriale, le directeur général du site Nini.

L’industrie floricole du Kenya s’avère être la plus durement touchée par la pandémie de coronavirus, car les cas signalés continuent d’augmenter. Beaucoup d’entreprises ont déjà renvoyé des centaines de travailleurs chez eux et fermé plusieurs départements.

L’heure est sombre pour l’ouvrier de 51 ans, qui se demande ce que lui réserve l’avenir.

“S’il n’y a pas du tout de commandes de fleurs, il y a des chances que nous soyons renvoyés à la maison”, a déclaré l’ouvrier .

Le Kenya est le 4e exportateur mondial de fleurs et possède plus de 120 plantations. L’industrie est l’une des principales sources de revenus du pays.

En 2019, les fleurs ont rapporté au Kenya plus d’un milliard de dollars US.

africanews

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here