Au Zimbabwe, les autorités tentent d’éviter que la crise liée au coronavirus ne finisse de détruire l’économie nationale. La Banque centrale est, notamment, revenue sur une décision prise au mois de juin. En effet, les Zimbabwéens peuvent de nouveau utiliser le dollar américain et les devises étrangères pour leurs transactions commerciales.

C’est un constat d’échec pour le dollar zimbabwéen, réintroduit l’an dernier. Pour tenter de soutenir sa monnaie, le gouvernement avait interdit l’usage des devises étrangères, mais cela n’a eu aucun effet. Les autorités ne parvenant pas à maîtriser l’hyperinflation, le dollar zimbabwéen perdait donc chaque jour de sa valeur rendant la tâche compliquée pour les consommateurs et les entreprises.

La Banque centrale en a donc tiré les conclusions, et la pandémie de Covid-19 aura servi de prétexte. Reste que cette pandémie va avoir des effets dévastateurs sur une économie déjà en ruine. La demande étrangère pour les produits d’exportation, tabac, platine, diamants est en fort recul, or ces secteurs sont vitaux pour le pays.

La moitié des quinze millions de Zimbabwéens est déjà en situation d’insécurité alimentaire. Fin février le Fonds monétaire international déplorait le manque de coordination et de clarté des politiques fiscales, budgétaires et monétaire d’Harare.

Le FMI souhaiterait pouvoir reprendre l’aide financière au Zimbabwe, mais ne peut le faire tant que le gouvernement ne présente pas un plan crédible pour résoudre ses problèmes, à commencer par la question de la dette.

rfi

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here